Si vous faites du SEO, vous avez forcément entendu parler du netlinking.

Un des axes majeurs du référencement naturel, l’acquisition de backlinks a toujours été un levier puissant pour obtenir des résultats et améliorer le positionnement d’un site dans les pages de résultats de recherche de Google.

netlinking en 2020

Le netlinking en 2020

La société, Rocket Links, spécialisée dans la vente de backlinks a récemment sorti un livre blanc pour concentrer l’ensemble des techniques d’acquisition de backlinks.

J’ai eu la chance de faire partie d’un “comité d’expert SEO” et ainsi de pouvoir intervenir et de partager ma vision du netlinking en 2020.

livre blanc rocket links

Pour en savoir plus sur ce livre blanc SEO, je vous invite à aller gratuitement le télécharger sur le site de Rocket Links : https://www.rocketlinks.com/fr/livres-blancs/secrets-netlinking 

 

Ma vision du netlinking en 2020

Astuces pour obtenir des liens qui comptent

Le netlinking, une histoire de mode

Durant toutes ces années, j’ai pu me rendre compte que le monde du netlinking et du SEO plus globalement était rythmé par un système de modes et de tendances. Chaque année, on observe l’arrivée de nouvelles techniques à la mode. Lorsque j’ai commencé, la mode était aux annuaires, aux CPs (communiqués de presse), aux spamco, aux spams de livres d’or et bien sûr aux échanges de liens. Dans les années 2014-2015, on parlait énormément de Linkbaiting avec la publication d’infographies en tout genre mais aussi d’échange de liens triangulaires. Il y a 2 à 3 ans, la mode était aux techniques pyramidales de liens et aux redirections 301. Aujourd’hui en 2019, on parle énormément d’achats de liens, de domaines expirés et de PBN (Private Blog Network).
Au-delà des techniques, les KPI utilisés pour la gestion du netlinking ont aussi beaucoup évolué. A l’époque, c’était le sacro-saint PageRank qui faisait foi avec des Google Dance tous les 6 mois pour mettre à jour votre petite barre verte.

« Whaou, le super lien PR7 que j’ai obtenu le mois dernier,
devrait me permettre de passer PR4 ! ».

A l’époque, pour suivre ces liens, on utilisait Yahoo Site Explorer ou la commande « Link » de Google… Cela rappellera des souvenirs à certains.

Le monde du netlinking a bien évolué ces dernières années. Des outils (Majestic, Ahrefs, SEObserver…) ont vu le jour, des KPI (TF, CF, TTF, Ahrefs Rank…) ont vu le jour, des plateformes de liens ont vu le jour. Bref, tout a changé… ou pas!
Oui, des choses ont changé. Google a marqué une véritable rupture dans les pratiques d’acquisition de backlinks en sortant Google Pingouin en 2012 ! Cette mise à jour de l’algorithme PageRank a mis à mal de nombreux référenceurs qui ont dû revoir leur copie pour arrêter le netlinking de masse. Plus que l’acquisition de liens en masse, Google Pingouin a touché aux ancres de liens. Obtenir 1 000 liens en dofollow sur l’ancre « rachat de crédit » en 1 mois était possible avant Google Pingouin… Plus difficile d’échapper à la pénalité désormais et de s’inscrire dans la durée sur la requête !
Encore aujourd’hui, le fantôme de Pingouin fait encore peur à de nombreux consultants SEO. Certaines techniques autrefois « tendances » ont désormais été pratiquement complètement abandonnées au nom du risque de pénalité. Qui pratique encore aujourd’hui, du spamlinking de livre d’or ?

Usez de tout mais n’abusez de rien

De mon point de vue, aucune technique d’acquisition de liens n’est vraiment mauvaise. Tout est simplement une question de dosage et d’équilibre. Tout concentrer sur une seule et même technique devient assez rapidement flag. Par exemple, ne faire que des annuaires peut représenter un risque…mais utiliser les annuaires dans une stratégie globale de netlinking peut s’avérer une technique payante.

Quelques conseils pour bien démarrer votre netlinking

Pour terminer cet article, je vous propose 4 conseils qui fonctionnent assez bien.

  • Miser sur le réseau proche
  • Le Sponsoring d’évènements
  • La balise canonical externe
  • N’oubliez pas le Onsite !